Épisode 14 – « Welcome to Iran ! »

Le Nord-Ouest : Une transition en douceur

Une frontière tant attendue

Nous sommes le 5 Novembre, enfin ! Nous avons attendu ce jour avec impatience et parfois inquiétude. Nous sommes venus à bout des pistes et routes défoncées d’Arménie, nous y avons passé un mois et vécu de belles expériences. Cela nous fait un petit pincement au coeur de quitter ce pays si attachant, mais nous avons tellement galéré pour en arriver là que nous avons vraiment hâte de franchir la frontière qui se dresse à quelques centaines de mètres.

Nous avons juste le temps de décrasser le camion de toute la boue de la veille et nous filons droit à la douane. Devant nous dans la file apparaît une silhouette familière : le camping-car de Bernd et Angelicka, un charmant couple de retraités allemands que nous avions rencontrés au camping arménien. Nous sommes heureux de les re-croiser ici, et nous échangeons sur les formalités à venir, ainsi que sur nos craintes par rapport à la durée de la paperasse.

Les vérifications douanières de nos passeports, des papiers du Vito, la fouille sommaire, la rencontre de l’agent d’Hossein nous auront pris plus de 5 heures… Mais finalement tout est en règle, nous pouvons partir !

Multi-millionaires

Il reste cependant un « détail » à régler : l’argent ! En raison des sanctions qui frappent l’Iran, aucune carte bancaire occidentale ne peut y fonctionner, il faut donc rentrer avec tout l’argent nécessaire à la durée du voyage, car après il n’y a plus aucun moyen de s’en procurer… Nous avons prévu un montant de 900€ pour un mois, histoire d’être large et anticiper d’éventuels frais de réparations ou d’entretien sur le camion. Il faut aussi savoir qu’il existe 2 taux de change en Iran : celui des banques (que personne n’utilise) et celui de la rue (le « vrai » taux). Aujourd’hui, 1 € vaut 140 000 Rials.

Nous quittons donc le poste frontière avec 125 Millions de Rials… Et ça représente un sacré paquet de billets…

On a subitement l’impression d’être riches !

Les rois du pétrole

A peine la frontière franchie, nous nous dirigeons vers une station service pour faire le plein. La surprise est bonne : ici, le litre de gasoil coûte entre 2 et 4 centimes d’euro selon si l’on vous fait payer le prix iranien ou le prix touriste. Au pire, le plein de 70 litres revient à 4€… 

Nous prenons un copieux repas dans un resto routier, qui nous coûte la modique somme de 500 000 Rials (même pas 4€ à deux !) Décidement, ce n’est ni la nourriture ni le carburant qui nous coûteront cher dans ce pays !

A gauche l’Iran, à droite l’Arménie

Nous longeons la frontière matérialisée par une rivière boueuse, en direction du Nord-Ouest, de nombreux miradors surveillent les alentours.

Pour ne pas changer…

Notre première destination en Iran sera un… Monastère Arménien ! Et oui ! Il faut savoir que jadis les frontières de l’Arménie étaient bien plus étendues, et que beaucoup de vestiges historiques sont désormais en Turquie ou en Iran.

Nous croisons une toute petite église, perchée sur une colline. Plutôt mignonne !

Le long de la route, nous appercevons un magnifique caravansérail que nous nous empressons d’aller visiter ! Rien à voir avec celui de Selim en Arménie, celui-ci est bien restauré et nous met tout de suite dans l’ambiance !

Caravansérail

Après cette petite étape dépaysante, nous arrivons en terrain conquis dans ce très beau monastère arménien de Saint Stephanos !

L’église Saint Stephanos

La nuit tombe, nous dormirons sur place.

Des troupeaux de lions

Une des premières choses qui nous a marqué une fois la frontière passée, c’est la quantité impressionante de Peugeot 405. Si la Lada est incontestablement la voiture nationale en Arménie, ici c’est Peugeot qui se taille la part du lion (!) avec son vieux modèle français. Plus d’une voiture sur deux est une 405 blanche, le reste ce sont des Renault Tondar (oui oui), des Renault Sandero (oui, aussi…), des Peugeot Pars (décidemment) et des Saba Saïpa !

Autant dire qu’avec un Mercedes Vito et des plaques en alphabet latin, nous ne passons pas inaperçus, au contraire ! Les gens nous klaxonnent, nous saluent et sont visiblement surpris et ravis de voir des touristes… 

Tabriz, notre première étape

Ici, les routes sont merveilleusement lisses, larges et bien entretenues, tout le contraire de l’Arménie. Nous prenons celle de Tabriz, la capitale du Nord Ouest de l’Iran, première grosse ville sur notre itinéraire.

C’est un plaisir de pouvoir conduire sans devoir faire attention en permanence aux nids de poule et aux vaches. En revanche, en arrivant en ville nous comprenons qu’ici le problème viendra des autres voitures… Tout le monde fait absolument n’importe quoi, personne ne respecte les feux, ni les stops, et les différentes voies de circulation matérialisées au sol par des lignes blanches ne servent strictement à rien ! C’est l’anarchie la plus totale et la plupart du temps s’il y a 3 voies de circulation, on monte facilement jusqu’à 5… Les piétons doivent traverser un flot incessant de voitures, et semblent risquer leur vie à tout moment ! Carrément flippant !

Nous trouvons un parking et décidons de nous jeter à pied dans la jungle urbaine iranienne. On apprend qu’aujourd’hui c’est férié et veille de week-end, et qu’il n’y a pas grand monde… Nous en profitons pour visiter le Bazar de Tabriz (7km² tout de même !)

Bazar de Tabriz

C’est très animé et l’on trouve de tout : tapis, ustensiles en cuivre, bijoux, épices… Nous achetons du fromage, des olives et quelques autres douceurs locales… En Iran, les Bazars sont toujours le lieu privilégié des gens pour faire leurs achats, et beaucoup de monde s’y presse toute la journée. On y trouve aussi des restaurants, des mosquées et même parfois des hôtels dans d’anciens caravansérails.

Puis nous allons visiter la Mosquée Bleue, mais à cause de ce jour férié en Iran, elle est fermée et nous devrons nous contenter de la voir depuis l’extérieur seulement ! Déception !

La porte de la Mosquée Bleue de Tabriz
La Mosquée Bleue

Kandovan, le gruyère Iranien

Nous avons profité de notre passage à Tabriz pour acheter des cartes SIM Iraniennes chez Irancell. Nous prenons des nouvelles de nos amis Allemands, qui nous parlent d’un site troglodyte assez proche, le village de Kandovan. Nous décidons de les y rejoindre.

Si à Tabriz la pluie était de la partie, à notre arrivée à Kandovan, c’est un épais brouillard qui vient gâcher la fête ! Le village semble plutôt attrayant, mais nous n’y voyons strictement rien… Nous sommes assez déçus mais nous faisons quand même un petit tour du village.

Le village est encore habité, et les maisons sont nombreuses
On voit à peine l’autre côté du pont !

De retour au camion, des iraniens se relaient pour se prendre en photo devant le Vito et devant le camping-car des Allemands ! C’est très bizarre ! Ils tiennent à visiter l’intérieur et nous posent beaucoup de questions ! « Welcome to Iran ! »

Nous quittons cette cité troglodyte ensevelie sous le brouillard pour nous rendre à Soltaniyeh. Si le gasoil est quasiment gratuit ici, il est en revanche très difficile de s’en procurer ! Tout d’abord, absolument tout le monde roule à l’essence, seuls les poids lourds et les bus ont un moteur diesel. Du coup toutes les stations n’en ont pas forcément, et vu les distances entre chaque station, mieux vaux faire le plein dès qu’on en trouve ! Ensuite, une fois une station trouvée, il faut une « Gasoil-Card » pour se servir. Certains pompistes en ont, mais la plupart n’en ont pas. Il faut alors attendre un poids-lourd pour demander au routier qu’il nous prête sa carte pour faire le plein. Si certains essayent de nous faire le litre à plus de 20 000 Rials, la plupart nous demandent seulement 6 000 (le prix touriste) parfois 3 000 (le prix Iranien) ou même refusent carrément notre argent et nous font le plein gratuitement… C’est dingue !

La nuit tombe, cette station service buyante et sale fera un très spot pour dormir !

Soltaniyeh

Nous traversons des paysages réputés enchanteurs, les « Montagnes colorées », le brouillard toujours présent les rendent monochromes… Nous poursuivons notre route vers Soltaniyeh, où nous visitons l’impressionant Mausolée d’Oljeitu, qui date de 1300.

Le Mausolée d’Oljeitu
Les murs recouverts de terre
Le reste de la ville en revanche, ne fait pas rêver

Nous marchons quelques kilomètres jusqu’au Mausolée voisin de Chalapi Oghli, bien plus petit et moins touristique, il doit sans doute honorer la mémoire de quelqu’un de bien moins important !…

Mausolée de Chalapi Oghli

Qazvin

Aujourd’hui, nous descendons toujours, pour rejoindre Qazvin, la prochaine ville sur la route de Téhéran. La brume se lève peu à peu, et nous appercevons des sommets enneigés tous proches !

La neige est proche !

Le Bazar de Qazvin est réputé pour sa beauté, et nous ne pouvons que confirmer ! Il est immense, bien restauré, et héberge à présent de nombreuses boutiques de créateurs et d’artisans. S’y promener est un bonheur, et nous boirons un thé accompagné de petits gâteaux dans la très jolie cour intérieure d’un petit Caravansérail. En Iran, les gens mangent et boivent à même le sol, accroupis sur des tapis. Au restaurant, il y a donc des sortes de plateformes à 30 cm du sol, recouvertes de tapis et de coussins sur lesquelles on s’installe pour se restaurer, déchaussés bien sûr ! C’est un peu déconcertant, mais on s’y fait très vite !

La Bazar de Qazvin

Après cette charmante balade, nous rentrons au camion avec quelques patisseries locales pour y passer la nuit.

Demain, nous irons à Téhéran !

4 réflexions sur « Épisode 14 – « Welcome to Iran ! » »

  1. Excellent,je revis mon trip!
    Je suis heureux de voir que l’impression du pays est toujours la même pour les voyageurs!kandovan,je n’ai pas vu,il y avait trop de neige sur la route et un éboulement de rochers la barrait….
    Pour ce qui est de la curiosité des iraniens sur l’intérieur d’un camping car,c’est Parce que ce concept,ils ne connaissent pas ça chez eux…..le camping c’est déjà assez peu courant voir hyper rare,mais la maison à moteur ça les intrigue grave! Ils nous en parlaient pas mal de ça,certains trouvaient ça carrément louche😅

    J'aime

    1. Oui en effet, on éveille la curiosité sur notre passage ! Et tant mieux si ça te fait revivre ton trip et au plaisir d’en partager un avec toi ! (d’ailleurs j’ai ton thé mais je cherche encore ton couteau !)

      J'aime

  2. Voilà donc l’arrivée en Iran! Le Caravansérail est superbe! Avant vous je ne connaissais pas ce nom.. Et je grand marché bazar c’est vraiment grandiose et une des allées splendides…me restaurer à même le sol cela j’aimerais beaucoup..ET encore des pâtisseries!!!
    ‘aime es cimes enneigées,je n’imaginais pas des cimes enneigées en Iran comme quoi je découvre que si…
    Très belles photos du monastère arménien et du Mausolée d’Oljeitu…
    Bientôt je vous rattrape!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.