Épisode 17 – Yazd, ville de sable et de vent

Une cité millénaire

En ce 15 Novembre au matin, le temps est maussade, et il fait presque froid. C’est l’heure des adieux. Nous quittons nos compatriotes : Emmanuelle & Sylvain prennent la route du retour, un peu gênés par l’hospitalité parfois envahissante des iraniens, alors que Amandine & Julien retournent à Teheran attendre leurs visas pakistanais. Quant à nous, nous prenons la route de Yazd. Située entre 2 déserts (celui de Kavir et celui de Lut), la ville de Yazd est l’une des plus anciennes de la planète, elle serait habitée depuis plus de 5000 ans (et ouais…), et ce sera pour nous l’un de nos coups de coeur en Iran, et voici pourquoi…

Envie de pisé

Dans la vieille ville, la plupart des bâtiments sont en argile, en pisé ou en briques. Ce camaïeu de tons ocres donne aux étroites ruelles un charme particulier…

Un dédale de ruelles où il fait bon se perdre
Les minarets dépassant des toits aident à se repérer !

Les tours du vent

L’hiver, ça va, mais le reste de l’année il fait chaud à Yazd, même très chaud. Pour essayer de rafraîchir un peu les (magnifiques) maisons, les ingénieux iraniens ont inventé les bâdgirs, en français « tours du vent. » Il s’agit de climatiseurs naturels qui en utilisant le principe de la convection, évacuent l’air chaud et captent la moindre brise pour ventiler les pièces de la maison. Ces structures sont caractéristiques des villes chaudes d’Iran et particulièrement de Yazd.

Les bâdgir depuis les toits de la ville

Ces systèmes de climatisation sont si efficaces, qu’ils sont toujours utilisés dans la construction moderne. A l’heure du réchauffement climatique et du développement durable, voilà une alternative simple, élégante et écolo au climatiseur moche, bruyant et glouton en énergie !

De plus, la ville est parsemée de « glacières » (oui oui) qui, équipées de bâdgir, permettent de stocker de la glace accumulée durant l’hiver, pendant toute l’année, y compris sous les températures extrêmes de l’été ! Surprenant !

Une glacière et ses tours du vent

Pour fournir la population en eau alors qu’il ne pleut parfois pas pendant des mois, la ville est dotée de toute une infrastucture souterraine : les Qanats. Ce sont des canaux qui acheminent l’eau depuis les sources des montagnes (parfois à plusieurs centaines de kms) jusqu’à la ville, et passent sous les maisons. On y accède par des escaliers ou par un puits.

Toutes ces merveilles d’ingénierie font de Yazd une ville à part, et une véritable oasis dans le désert !

T’as du feu ? 

Notre visite de Yazd se poursuit par un temple du feu Zoroastrien. Il faut savoir que le Zoroastrisme est l’ancienne religion de la Perse, avant sa conversion à l’Islam. C’est une religion très ancienne, dont les 3 principes fondateurs sont de : Bien penser, bien parler, bien agir. Ils vénèrent également les 4 éléments : l’air, la terre, l’eau et le feu. Ce dernier tout particulièrement est l’objet d’un culte particulier dans la perse antique : étant conscients de l’importance du feu pour se chauffer, se nourrir, et forger des armes, les zorostriens édifiaient des temples où un brasier brûlait continuellement, surveillé et alimenté si besoin par des prêtres, pour que la flamme ne s’éteigne jamais.

Nous nous rendons donc dans un temple du feu maintes fois reconstruit et restauré, à tel point qu’il ressemble plus à un bureau de poste qu’à un truc authentique. Malgré cela, le guide du monument nous assure que le feu y brûle sans interruption depuis plus de 1500 ans…

Temple du feu Atashkadeh-e Yazd, au dessus, le symbole Zoroastrien
Il faut bien conserver la flamme !

Ne jamais dire Jameh

En Iran, presque chaque ville possède une mosquée nommée « Jameh », ce qui signifie Vendredi. Il s’agit donc de la Mosquée du Vendredi, le jour du prêche, c’est un peu comme si la plupart de nos églises s’appelaient « L’église du Dimanche. »

Bref, c’est pas super pratique pour se repérer !

Nous continuons donc d’arpenter le centre ancien dans un labyrinthe de ruelles, quand soudain nous apperçevons les deux minarets de la célèbre mosquée millénaire de Jameh, éblouissante de bleue parmi tout cet ocre.

C’est par là !
« Vous êtes arrivés »

Nous avons vu presque autant de mosquées en Iran que d’églises en Arménie. Celle-ci est quand même impressionante et ses 2 minarets de 48 mètres ne nous laissent pas indifférents. La richesse des calligraphies et des mosaïques non plus. En voici des détails :

La cour intérieure
Même la porte de derrière est jolie 🙂

L’inconvénient d’avoir une telle mosquée dans une ville, c’est que quand tu passes devant une « petite » mosquée, et bien ça t’impressionne même pas ! Résultat, personne ne s’arrête, et pas un touriste pour la prendre en photo ! Pour réparer cette injustice, voici donc devant vos yeux ébahis, la magnifique mosquée machin, vers le bazar :

Tout de suite, c’est moins imposant ! (mais bon c’est quand même pas mal ^^)


Le complexe Amir Chaghmagh

Autre monument réputé de la ville, cet édifice est un truc dont on a pas tout compris à quoi il servait ! Désolé ! On essaye de se renseigner, de s’intéresser et de se cultiver, mais des fois, et bien ça ne rentre pas ! Donc wikipédia nous dit qu’il s’agit d’un truc un peu fourre-tout où il y a une mosquée, des bains publics, un caravansérail, un puits, un bazar et une confiserie… Et surtout un panier en osier gigantesque (comme sur la photo précédente mais en bien plus gros) qui sert lors de processions religieuses. Bref, voilà vous savez tout ! En tous cas, c’est joli !

Le complexe Amir Chaghmagh

Un repos bien mérité 

Après nos derniers jours de virées dans le désert et notre étape Khomeinesque, nous avions besoin d’une bonne douche bien chaude, ainsi que d’un peu de wifi et d’un bon gros lit king size ! Ayant économisé nos précieux Rials, nous décidons de les écouler dans une chambre d’hôtel. Mais par n’importe quel hôtel, une maison traditionnelle aménagée en hôtel : il s’agit d’une énorme maison dans laquelle les chambres sont disposées autour d’un vaste patio à ciel ouvert (recouvert d’une bâche en hiver). C’est plutôt classe, surtout pour 3 millions de rials par nuit !

Nous décidons de profiter de ce cadre reposant pour entamer la rédaction de ce blog 🙂

Le lendemain nous repartons à l’assaut de la ville. Ce soir, nos amis allemands Bernd & Angelika nous rejoignent, nous retournerons visiter la ville demain en leur compagnie !

Une porte surmontée du symbole Zoroastrien, la religion est encore pratiquée ici
Ici, comme partout en Iran, les « martyrs » de la Guerre Iran-Irak sont glorifiés

Un petit passage par le bazar, qui heureusement pour Vincent et malheureusement pour Lola, est fermé aujourd’hui !

Nous nous arrêtons dans l’une des nombreuses maisons traditionnelles reconverties en restaurant, et nous nous régalons de quelques spécialités locales et buvons le thé sur le toit de la maison en profitant de la vue sur la ville. C’est un spectacle fascinant que de voir la silhouette de toutes ces coupoles de mosquées se détacher sur le ciel azur, entrecoupée de bâdgir…

Une « skyline » plutôt atypique

Quelques déambulations plus tard, nous rejoignons un bâtiment qui aurait prétendumment servi de prison à Alexandre le Grand. Nous entrons dans ce qui se révèle être un piège à touristes, empli de boutiques sans âme ni authenticité, et le bâtiment lui-même n’est joli que de dehors…

La prétendue prison d’Alexandre le Grand
Un réel plaisir de se promener en ville

Pour notre dernier soir ici, nous sommes rejoints par nos amis Allemands. Vincent n’étant pas en grande forme à force de manger des kebabs restera sagement à écrire le premier article de ce blog tandis que Lola emmenera Angelicka et Bernd visiter la ville.

A la nuit tombée, la mosquée Jameh s’illumine de bleu… Mais ça rend mieux en vrai 😉

Demain, nous quitterons à regret cette ville, cernée par le désert, mais qui regorge de vie et abrite de si beaux monuments. Ses ruelles ocres et ses mosaïques bleues nous manqueront ! 

3 réflexions sur « Épisode 17 – Yazd, ville de sable et de vent »

  1. Alors ce billet là je l’avais bien sûr déjà lu et vu quand vous l’avez publié et j’ai les mêmes mots qui me viennent là en écrivant.. C’est peut être « un peu bête » de dire,parce que c’est une toute petite choses dans ce billet!,que je suis restée devant la photo du thé avec un bouton de rose et un bâton de cristaux de sucre!Oui oui j’avais envie de cela et j’adore cette photo! Mais bien sûr j’aime et j’apprends les Minarets…Ces ocres,cette terre j’aime..votre petit hôtel a du être un petit bonheur bien mérité! Et la mosquée est sublime das son architecture et ses couleurs…

    Ce qui m’interpelle aussi beaucoup dans ce billet ce sont les « tours de vent »,quelle ingéniosité que cela à l’heure où il est plus qu’urgent de trouver des solutions alternatives pour la planète..de voir que des pays où il y a si peu,bien moins que dans notre Occident,ont été et sont dans cette démarche pour refroidir les lieux de vie alors que nous dès 30 degrés nous ruons vers les climatisations!!!!en criant « au secours il fait chaud » et ensuite pleurer parce que chaque année « rupture de stocks!!! »…Cela pose tout de même question!

    J’apprends aussi,et cela m’intéresse bcp, le mot « Zoroastrisme » cette ancienne religion de la Perse, avant sa conversion à l’Islam,je ne savais pas du tout cela..Et son lien avec les 4 éléments.

    Merci pour mon voyage de ce jour bien agréable ,beau et instructif… Je reste sur..ma tasse de thé sans bâton de sucre de cristaux et sans bouton de rose et avec – 5 degrés…Tu me l’imprimeras dis Lola cette photo?!?!

    A tout bientôt…

    Prenez soin de vous…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.