Épisode 7 – La Grèce, ses plages, ses ruines

Le 16 Septembre, nous passons la frontière Grecque tard dans la journée, nous écoutons un peu de chansons traditionnelles à la radio et nous nous posons au bord d’un lac, fatigués.

La Tombe du Roi

Après une bonne nuit de sommeil, nous mettons le cap sur Vergina, un site archéologique majeur, classé à l’Unesco, et cher à la fois aux Grecs et au Macédoniens. En effet, il renferme notamment la tombe de Phillipe II, le père d’Alexandre le Grand. L’endroit est particulier, il s’agit de Tumulus, qui datent du IIIème et IVème siècle avant notre ère. On pénètre sous terre dans le tombeau tel que l’ont trouvé les archéologues, et les grandes portes renfermant les restes du souverain antiques font frissonner !

De nombreux objets antiques ont été retrouvés dans les tombes en très bon état et sont exposés : poteries, bijoux, décorations et fresques, ainsi que l’armure et la couronne de Phillipe II, comme neuves 🙂 

Malheureusement, les photos sont interdites, et une armée de vigiles veille à ce que le réglement soit appliqué ! Il faudra donc aller voir sur internet ou venir visiter si vous voulez vous faire une idée 🙂

Les Kandylakia

Un Kandylaki

En Grèce, le long des routes ou sur les trottoirs, impossible de ne pas les voir, ces drôles de petites églises miniatures avec à l’intérieur des icônes, la photo de quelqu’un et une bougie qui brûle…

Il en existe de toutes sortes, en fer, en ciment, en pierre ou en bois, de très vieux et des récents, tous différents mais tous là pour commérer la mémoire d’une personne décedée d’un accident de la route…

Lugubre, un peu oui, mais les Kandylakia sont parfois aussi là en remercimant d’une mort évitée, d’un accident qui à bien fini… Quoi qu’il en soit, cela fait partie intégrante du paysage grec. On vous conseille le très intérressant article de Libération : https://www.liberation.fr/voyages/2014/06/19/kandylakia-la-memoire-au-bord-du-chemin_1045107

Le farniente à la Grecque

Notre itinéraire nous a fait rentrer en Grèce depuis la Macédoine, et nous devons relier la partie europééenne de la Turquie pour ensuite traverser le Bosphore à Istanbul et ainsi continuer notre périple.

Par conséquent, la partie Grecque de notre trajet n’est pas très grande, et comptons bien profiter au maximum de la plage, tout en visitant quelques sites antiques histoire de faire genre 🙂

Phillipe II a été notre caution culturelle, nous filons donc droit sur la mer pour profiter de la plage !

Le soleil tape vraiment fort, et un vent de dingue empêche toute tentative de création d’ombre, nous profitons un peu de la mer avant de trouver un endroit pour la nuit.

Il s’agira, à nouveau, d’un camping désaffecté, avec de l’ombre, un ruisseau, des tables d’échecs, des barbecues, et même des prises électriques fonctionelles ! L’endroit est bien connu des jeunes du coin qui viennent passer la soirée sur place.

Un troupeau de vaches et son « cow-boy » à cheval viennent profiter du lieu

Des tas de cailloux

Après ce repos bien mérité (!) nous repartons pour la ville de Kavala, dans le but de visiter les ruines du site archéologique (romain) de Filippi.

Nous arrivons par une route paumée, et passons par l’entrée de derrière, et tout ça gratuitement bien sûr ^^ Le site est impressionant, et nous déambulons dans ce qui était autrefois une cité prospère, nous arpentons les ruelles pavées, nous nous promenons dans le forum et visitons les boutiques que visitaient les habitants de cette ville antique avant d’aller voir l’amphithéâtre. C’est plutôt classe !

La cité antique de Filippi
L’amphithéâtre

Et des églises, bien sûr…

La religion semble très présente en Grèce, c’est bizarre pour des gens qui croyaient en Zeus il y a quelques temps… Du coup, il y a aussi pas mal d’églises, que l’on se contente de croiser la plupart du temps.

Une en revanche a su retenir notre attention. Il faut dire qu’elle est plutôt attirante, sur son petit îlot. Et en allant la voir, on se rend compte qu’il y en a une deuxième plus petite sur un îlot plus petit juste derrière. Le tout relié à la berge par des pontons, nous n’allions quand même pas sortir le kayak pour ça 🙂

Le monastère St Nicholas

Du sable, encore du sable !

Nous prenons la direction de Keramoti, petite bourgade dont les seuls atouts sont ses plages et sa liaison en ferry pour les îles de Thassos et Samothrace. Nous jetons un oeil aux tarifs, qui ne sont clairement pas dans nos moyens, alors que les Gyros (sortes de kebabs) eux sont beaucoup plus accessibles ! Nous nous contenterons de voir l’île de Thassos depuis la plage où nous passons la nuit, en mangeant des gyros et en regardant passer les ferries.

Alexandropouli

Pour notre dernière nuit en Grèce, nous avons choisi une plage (encore une) vers Alexandropouli, à l’extrème Est du pays, non loin de la frontière Turque. 

Plage vers Alexandropouli

Après une énième baignade et quelques courses au magasin du coin, nous faisons la connaissance d’un couple de Hollandais (encore !) qui revient d’Iran. Ils nous parlent longuement de ce pays qui les a marqués et qu’ils ont visiblement adoré. Nous leur faisons part de notre projet d’aller en Arménie et de notre impossibilité d’aller en Iran à cause des formalités pénibles et coûteuses. Ils ne lâchent rien et nous incitent fortement à tenter le coup coûte que coûte !

Après un apéro de rigueur, nous allons nous coucher, pas vraiment convaincus.

Demain, la Turquie nous attend !

Dernier coucher de soleil grec…